Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 novembre 2012

MASCARADE

 politique, ump, votes, campagne UMP,

J'apprends par hasard que lors du décompte du scrutin pour l'élection à la tête de l'UMP, qu'on avait oublier les bulletins d'Outre-Mer, "j'en crois pas dis". Encore plus drôle que bulletins planqués dans les chaussettes à Perpignan.

 Je dis bien par hasard, car ceci me passe par dessus la tête. Je rigole bien un peu comme la France entière et ailleurs de ce cette guignolade d'élection.On dirait un sketch de Roger Pierre et Jean-Marc Thibaut. Ne disait-on pas que la droite française était la plus con du monde. Avec une opposition aussi ridicule , je crois que l'imparfait n'est plus de mise.

 Et revoilou Juppé "sans s'presser" qui vient en rajouter une couche. Qu'ils veuillent passer pour des charlots n'engagent qu'eux, sauf que dans les urnes virtuelles du F.N on entend bling bling. Ces deux duettistes, l'un, le ravi-Coppé et l'autre, l'Homme à la triste figure, visent le fauteuil suprême pour la prochaine présidentielle.

 Ce qui m'amène à la réflexion suivante : qu'est-ce qui poussent tous ces mecs y compris ceux qui y ont réussi à accéder au pouvoir, à vouloir prendre les rênes d'un pays quel qu'il soit, au bord du trou économique et financier, puis de l'explosion sociale ? Sont-ce des candidats à l’héroïsme ou chercheur de satisfactions égotistes ? Et le citoyen et électeur, candidats à la cocufication ? Qoique que ce soit le seul pouvoir qui lui reste, héritage des luttes de nos anciens, mais bon il faudrait changer tout çà.

 Admetttons un élection présidentielle populaire, tiens pour 5 ans, mais pourquoi renouvelable ?. Pourquoi pas un quinquennat sec, cela nous épargnerait d'être pendant des années en campagne électorale. Et nous éviterait ces ridicules rivalités, ainsi que ces louvoiements politiques et ces minables coups médiatiques genre pain au chocolat et viande halal. Une seule gouvernance et au boulot tout de suite. Comme dans la Grèce antique, on élit le sénateur le plus lucide et sage à main levée et une fois sa mission terminée, il retourne au boulot. Qui le musicien à sa flûte, qui le paysan à ses vaches.

 J'en profite pour signaler le nombre hypertrophié de nos représentants, je n'ai même pas le courage d'en citer les strates. Du conseiller municipal au sous-préfet via le suppléant jusqu'aux conseillers ministériels (qui je me trompe, idiot que je suis, ne sont même pas élus !)

 Puisque je parlais de la Grèce, son équipe au pouvoir n'échappe pas à la règle, çà grenouille, ça gesticule, çà pleure même à la tribune en annonçant des mesures inacceptables pour une nation que les banques ont foutu dans le caca, avec la complicité de politiques qu'elle avait porté au pouvoir. Non, on s'accroche à son siége rarement éjectable.

L'amour du pouvoir me dira-t-on, à moi les bagnoles de luxe, les avions avec baignoire, à moi les starlettes de défilé de mode, les p'tites pépées, les soubrettes, les honneurs et la gloire et tant pis si on se fait virer, c'est toujours ça de pris et permet de donner des conférences sur le comment échouer à une élection présidentielle, le tout pour 100.000 dolllars US l'intervention. Ou comment échapper à la justice avec des combines dilatoires.

 Hollande en place depuis peu, lui aussi n'échappe pas à cette façon de gouverner, il lui a fallu flatter les différents courants et doser à la pipette la composition du gouvernement. Les écolos qui personnellement commencent à me courir sur les haricots, même si j'aime bien leur ministresse, en mettant des « bâtons dans les trous » de l'équipe, les strausskhaniens et les gauchistes. C'est une tradition socialiste, mais quand même.

 Par contre on est bien obligé d'assister à des gesticulations, annonces aussitôt contredites et autres maladresses, ce qui la fout un peu mal, comme le choc ou rivalités et autres ambitions des uns face des autres. Mais le critiquer, ce président normal, sans relâche au bout de 7 mois après lui avoir laissé une telle situation, est mal venu. Ce qui nous ramène à ma question : pourquoi s'est-il battu comme un beau diable pour avoir la place. Un Delors à une autre époque et dans des conditions moins graves avait esquivé cette possibilité.

 François, tu ne mèneras pas le bal du grand soir, nous ne sommes pas dupe, rien ne va grandement changer, mais fais pour le mieux et le plus justement possible, efforces-toi de tenir tes promesses, même petit à petit, ce sera toujours ça de pris. S'il le faut au prochain scrutin laisses ta place, mais surtout ne fais pas le lit de l'un du duo qui nous amuse tant, car à ta place il ne nous ferait plus rire. 'Y parait' que Zarko sort du bois, tout de suite après le bureau du juge d'instruction qui ne l'a même pas relaxé, un gauchisse.....

 Le premier ou première qui en me lisant, pense que ce sont là des propos populistes du genre FN, organisme qui ne crachent surtout pas dans la soupe électorale et dans le parlementarisme, se trompent de porte et ne sent pas qu'il s'agit là surtout de propos anarchistes, pensée à laquelle je retourne tout doucement avec l'âge. Ni dieu ni maître.

  

02 novembre 2012

DEUX BRAS D'HONNEUR

 533726409.jpg

En Algérie française trônait en plein Alger la statue du Maréchal Bugeaud qui déclarait en 1841  « La guerre que nous allons faire, n'est pas une guerre à coups de fusils. C'est en enlevant aux Arabes les ressources que le sol leur procure que nous pourrons en finir avec eux. Ainsi, partez donc, allez couper du blé et de l'orge »

Les bras d'honneur

 Les diverses demandes du gouvernement algérien de reconnaissances des crimes du colonialisme provoquent chez les nostalgiques de l'Algérie françaises des gestes plus que déplacés qui ne sont que des provocations inutiles d'hommes politiques de droite.

 Il est bon de rappeler que la conquête de l'Algérie, puis son occupation entière en 1847, ne s'est pas déroulée pacifiquement comme certains le prétendent, les troupes françaises l'ont soumise village après village et la résistance de l’émir Abd el-Kader pendant 18 ans jusqu’à sa reddition le prouve.

 Et si le gouvernement algérien avait raison de parler de crimes et de repentance à condition que les autorités algériennes en fasse autant officiellement, dans un geste mutuel de paix. La France n'a-t-elle pas là-bas commis des exactions et des actes de terrorisme de la pire espèce : un terrorisme d'Etat : armée française contre des rebelles, armes lourdes, chars, navires et avions contre des chassepots. Un exemple d'AVANT le début des hostilités appelées "Guerre d'Algérie" ou "Opérations de maintien de l'ordre". Ceci expliquant cela?

 Le massacre de Setif et de ses environs.
Le 8 mai 1945, à l'annonce de la reddition allemande, une grande manifestation autorisée mais devant être non politisée de Messali Hadj, (1) et des Amis du manifeste de la liberté (AML) envahit les rues de Sétif en chantant l’hymne nationaliste Min Djibalina (De nos montagnes) et défilent avec des drapeaux qui serviront de modèle pour l’Algérie future parmi les drapeaux alliés. Des pancartes fleurissent : « Indépendance pour l’Algérie » réclamant la liberté pour les Algériens après les combats qu'ils ont livré pendant la guerre au côté des Français. Saal Bouzid, un jeune scout musulman marche en tête du défilé en brandissant ce fameux drapeau il sera battu par un policier. Aussitôt les forces de l’ordre tentent d’arracher tous les symboles de l'indépendance qui passent sous leurs yeux. Colère et émeute de la foule, dans laquelle se seraient glissés des fellahs armés, résultats 28 morts chez les colons. Le Constantinois est en feu et une chasse aux blancs est organisée, des femmes sont violées, on évoque alors des actes de barbarie impardonnables et inqualifiables. Le nombre des européens tués est estimé à 109. Au Foreign Office, une note manuscrite du 23 mai résume ainsi "la cause de la révolte" : "Un policier français a perdu la tête. Je suis certain qu'autant de sang n'aurait pas coulé si les militaires français n'avaient pas été aussi impatients de perpétrer un massacre."
La Répression

Capturesetif.JPG

 Le gouvernement français sur ordre de de Gaulle, chef du gouvernement français provisoire, (2) lance l'armée forte de 2.000 soldats, dans une répression violente contre la population. La marine (11 navires) et l'aviation, de conserve, bombardent au hasard certains douars autours de Sétif. Ces troupes viennent de la Légion étrangère, des tabors marocains qui renâclent, tirailleurs sénégalais et algériens. L’armée est en sous effectif en cette période de guerre, aussitôt des milices se forment sous l'œil bienveillant des autorités et se livrent à une véritable chasse aux arabes (3) dans un déchaînement de folie meurtrière. Des prisonniers de guerre allemands et italiens sont libérés et armés pour participer à une répression atroce et disproportionnée, tant la peur d’une révolte générale était grande.

Après le 11 mai, rébellion matée, la répression continuait. A Guelma, petite ville du Constantinois, le sous-préfet à la tête d’un milice fusille 24 habitants à la mitrailleuse. Lorsqu’enfin le gouvernement intervient, les corps seront brûlés dans des fours à chaux. Vingt-huit accusés convaincus de participations directes à ces assassinats et à des viols, ont été condamnés à mort, mais aucun d’eux n’a été exécuté. Pour des raisons électorales et de la situation macro-économique, sociale et internationale de cette époque, les assassins furent graciés. Dans les gorges de Kherata on jette du haut du pont, par grappes, des prisonniers attachés avec des barbelés. L'armée française exécutera à la même époque 47 citoyens algériens d'Amoucha, le lieu où un siècle plus tôt le général Sillègue avait combattu le dernier Bey de Constantine.

  Le 19, De Gaulle inquiet nomme alors un commissaire le général de gendarmerie Tubert, résistant, membre de l’Assemblée consultative provisoire, dans le but d’enquêter sur les évènements. Mais sera tenu sur le banc de touche. La répression prendra fin officiellement le 22 mai et des officiers exigent la soumission publique, à genoux, des derniers insurgés sur la plage des Falaises, non loin de Kherrata et qu'ls répetent en chœur : « Nous sommes des chiens et Ferhat Abbas est un chien'

 Ce terrorisme d’Etat qui causa la mort d'un nombre indéterminé de civilsd'Algériens, dans une fourchette allant de 1500 morts algériens, 109 du côté français, chiffres officiels de l'époque. Des rapports américains et des historiens français parlent de 8.000 à + 20.000 morts, les autorités Algériennes elles, parlent de 45.000 morts. Seul est connu aujourd'hui avec certitude le nombre de morts côté européen : 86 civils et 16 militaires.

 Il va de soi que des témoignages "pro-algérie française" sont plus nuancés en minimisant les actions de l'armée, exemplaire dans sa retenue, mais sans pouvoir expliquer le nombre de victimes indigènes.Voici un extrait du communiqué du Gouvernement Général du 10 mai : « Des éléments troubles, d'inspiration hitlérienne, se sont livrés à Sétif à une agression armée contre la population qui fêtait la capitulation de l'Allemagne nazie".

 L'ignorance des métropolitains

 Dans la presse française on faisait semblant d'ignorer, donc dans son ensemble les continentaux ne savaient pas et parmi ceux, au courant, peu d'entre eux protestèrent contre ces massacres. Seul le professeur Henri Aboulker, grand médecin et résistant, s'éleva outre contre la tuerie des colons, réclamant certes la sanction sévère des algériens meurtriers, mais à l'issue d'une procédure légale régulière. Par là même, il dénonça surtout et sans réserve les massacres massifs et aveugles de milliers d'Algériens innocents et publie plusieurs articles dans le quotidien "Alger Républicain". Les arrestations nombreuses et iniques conduiront certains prisonniers politiques à rester en prison jusqu’à la libération en 1962.

 Les conséquences

 Ces massacres sont inscrit dans la mémoire collective algérienne ce qui alimenta la montée d’un nationalisme plus dur, qui débouchera sur l’insurrection de 1954. Et les nationalistes algériens considéreront ces épisodes sanglants comme une extermination systématique à caractère ethnique de tout ce qui vivait dans l’arrière pays et des vastes régions de l'est algérien, à l'abri du regard des troupes alliées. Le mot génocide n’est pas loin, incongru, mais objectivement on peut penser à un crime de guerre ou contre l’humanité.
En ce qui concerne le drame de Sétif, il faudra attendre le 27 février 2005 pour que, lors d’une visite dans cette ville, l'Ambassadeur de France à Alger, qualifie les « massacres du 8 mai 1945 de tragédie inexcusable. » Cet événement constitue la première reconnaissance officielle de sa responsabilité par la République française.

 
Il ne s’agit pas ici -cela peut se faire autre-part- de revenir sur les circonstances de la « Guerre d’Algérie", ou "Guerre d'Indépendance", mais de souligner que tous les gouvernements dans les mêmes situations, ces luttes pour l'indépendance, le droit pour les peuples de décider seuls de leur avenir et que les éxécutifs des pays colonisateurs, de gauche du centre ou de droite, réagissent de la même manière, par une répression féroce. Une répression représailles ou terrorisme d'Etat qu’il faut taire, nier et qui est condamné par le concert des Nations. Il est donc difficile de se repentir officiellement sans avouer, ce que refusent nos Longuet et Collard.

 N.B Bien entendu mes propos sont une collation de plusieurs sources, mais qui se recoupent.
 

 

(1) Il réclame dès 1927 l'indépendance de l'Algérie. Fondateur du Parti du peuple algérien (PPA), du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD) et du Mouvement national algérien (MNA) il fut condamné à plusieurs peines d'emprisonnement. Plus tard, il cédera au FLN son adversaire politique, la conduite des mouvements prônant l'indépendance de l'Algérie. Il se retire alors de la vie politique.

(2) De Gaulle à la tête du gouvernement provisoire, clamait quelques mois auparavant, « ll  ne faut pas que l’Afrique du Nord nous glisse entre les doigts pendant que nous libérons l’Europe»

(3) Que nos braves soldats appelaient les « ratons », « pinsons » ou « merles », seul le premier vocable est resté dans le langage familier chez les beaufs racistes, les frontistes et autres pieds-noirs amers. La création d'un groupe d'autodéfense est prévue dans la loi du 10 novembre 1875 sur le régime d’obligations militaires des citoyens français d'Algérie et précisée par la loi du 27 avril 1881.Une ordonnance de novembre 1944 du gouverneur général de l'Algérie en rappelle l'intérêt en cas de troubles graves.

 

 

31 octobre 2012

LA CHARITE S'IL VOUS PLAIT

gal5_goupil_001f.jpg

 

Hard Discount

 La branche française d'un groupe de distribution allemand, a annoncé jeudi 25 octobre qu'elle "sortait du hard discount" sans pour autant vouloir se transformer en "supermarché traditionnel". La suite logique d'un système à la recherche d'une rentabilité maximum, un genre de détaillant qui est allié subjectif à cette politique libérale qui consiste à faire des choix budgétaires lésant les moins nantis de la population,lesquels trouvent dans ces surfaces des produits plus "vulgaires". On peut encore se nourrir, même moins bien et la colère populaire est ainsi contenue. Par contre d'autres Hypers créent des rayons pour prolos, où on peut acheter à la pièce et au poids de la marchandises très basique, pour ne pas dire plus. A part le lait, le sucre et le café en grain, c'est souvent moins bon, mais on boit et on mange, ce qui est une forme de sélection sociale et une injustice qui s'ajoute aux autres.

 La charité publique

 La charité publique est institutionnelle et tout le monde applaudit, y compris ceux qui ont le pouvoir de la faire disparaître, ma mère pensait d'ailleurs, que ces magasins étaient subventionnés par des artifices fiscaux.  Mais il y a pire, les oeuvres caritatives pour ceux qui ne peuvent même pas se déplacer jusqu'à Dealer Price. Je m'explique.

 Dès le début de l'ére industrielle période où est née la bourgeoisie, les dames avaient toutes "leurs oeuvres de charité", pour diverses raisons y compris morales, mais qui apportaient au moins une aide au plus démunis. C'est une tradition religieuse d'ailleurs qui part des Soeurs de Charité, de St Vincent de Paul, l'Armée du salut, pour en arriver à l'Abbé Pierre. Récemment dans l'Histoire, ces organisations se sont laïcisées et apparurent la soupe populaire, la Croix Rouge (dans le domaine de l'alimentation), les Secours Populaires, banques alimentaires (1) et aujourd'hui les 'Restos du Coeur,que son initiateur ne pensait pas qu'ils seraient perennisés. Coluche, tes "Restos du cœur » où l’on a plus honte d’y faire son marché, sont au Panthéon de la misère humaine, pensais-tu qu’ils y entreraient ? " Chaque pays, puis la CEE elle-même, sans vergogne car incapable de nourrir convenablement ses citoyens, iront jusqu'à les subventionner.

 Jusqu'à présent, cette aide incombait aux ministres de l'Agriculture de l'Europe puisqu'elle provenait des excédents agricoles.Un nouveau dispositif est en gestation et devrait être débattue par le Parlement européen et le conseil des ministres de l'Union européenne. En dehors de ces subventions européennes, il ne reste que des efforts gouvernementaux qui n'augmenteront guère et ceux des Associations qui se débrouillent comme elles peuvent. (2) Charge à la charité publique et populaire de combler les trous, une donnée inhérente au capitalisme quel que soit le nom qu'on lui donne aujourd'hui.

 Autres alliés

 Les marchés clandestins forment une véritable économie souterraine, la plupart du temps avec le négoce de produits sous prohibition et le fruit des larcins et vols en tous genres. Dans les quartiers les plus défavorisés où les dealers sont des princes, la monnaie circulent ce qui permet à bien des familles consentantes ou fermant les yeux, de s'approvisionner dans les surfaces ou rayons discount dont je parle plus haut.

 Connaissant très bien le problème les gouvernements successifs français et européens se trouvent devant un dilemme :

 1/ Laisser faire et se trouver devant un électorat qui pourrait bien les sanctionner lors des élections suivantes.

 2/ Faire cesser irrémédiablement ces marchés aux risques de voir les bénéficiaires se révolter en se joignant avec tous les autres citoyens en colère. Par exemple en légalisant la consommation et de vente de drogues dites douces.

 Si nous nous plaçons dans la logique anarcho-révolutionnaire, l'existence de ces associations et oeuvres de charités, alliées subjectives, je le répète, d'un système qui paupérisent inexorablement les populations, est un frein objectif cette fois, à la colère populaire et leurs disparations provoquées aboutiraient à cette situation révolutionnaire que certains espèrent, "la fin des haricots" en quelque sorte. Un paradoxe qui serait d'affamer ainsi la population pour qu'elle se révolte et accède alors à un système plus égalitaire qui ne verraient plus se côtoyer les maladies cardio-vasculaires et les conséquences des carences alimentaires, (beaucoup de citoyens ne peuvent plus consulter un médecin, pour y faire face), le plaisir de bien manger et le pis-aller d'un repas médiocre (et unique) ou carrément dégueulasse, auquel on finit par s'habituer.

 C'était mon quart d'heure Utopie, un plat qui se mange froid.

 (1) En France, aujourd'hui, 75 millions de denrées arrivent chaque année dans les entrepôts des banques alimentaires..

 (2) Je parle pas des Galas de bienfaisances où l'on voit des dizaines de vedettes plus ou moins ringardes, mais toutes cabotines se faire de la pub à la Télé pour pas un sous. Contrairement à Lino Ventura qui n'en faisait pas tant avec les "Bals des Petits Lits Blancs" qu'il dirigeait et approvisionnait discrètement.

 

23 octobre 2012

MARIAGE ET HOMOSEXUALITÉ.

 

Mariage-homosexuel-Lannion-430x273.jpg

L'homosexualité est avec la politique et la religion un sujet qu'il faut éviter d'aborder en société et en famille, ce qui est une preuve de sa reconnaissance comme fait de société. A ce sujet beaucoup de personnes pensent que toute libération des moeurs est un progrès pour l'humanité. Or, pour toutes les sociétés humaines civilisées l'inceste, le viol et l'homosexualité (1) ont été des tabous universels dans ce domaine. Les deux premiers ont été et sont encore réprimés, tandis que le troisième ne l'est plus.

 La ségrégation et des horreurs commises contre les homos pratiquants ont disparu, par exemple au 19 et début du 20 ème siècle, on est allé jusqu'à les médicaliser. (A noter que l'homosexualité féminine était exclue ou non reconnue de tout temps, comme la masturbation féminine d'ailleurs, y compris par la religion, sauf dans les manuels de confession et considérée comme une sorcellerie par l'Inquisition).

 Que cette orientation ou cette pratique soient exclus du champs des maladies comportementales et ainsi dédiaboliser ses pratiquants, est certes une reconnaissance de la liberté individuelle, mais qu'elle soit banalisée et définie comme "normale" aboutit à des aberrations. Les communautés "Gays" vont jusqu'à crier sur les toits leur fierté d'être homo, le faire pour les hétéros serait aussi ridicule. Qu'ils soient moins moqués, vilipendés ou honnis est déjà une belle réussite.

 NORMALITE

 Les laudateurs de cette orientation, qui sont pas tous homos, mais qui se veulent les représentants la bien-pensance à la mode bobo, avancent des arguments spécieux comme sa normalité. Un comportement dont les raisons d'être sont toujours obscurs malgré les travaux (louches) de Freud et le sérieux de ceux de Schopenhauer. Lesquels ont défini l'existence de plusieurs formes d'homosexualité et ont ouvert la voie à deux théories, celle de l'inné et de l'acquis, le choix ou la nécessité. En ce qui me concerne, je pense que l'idée qu'à la naissance le sexe physique n'est pas défini et que la nature ferait ensuite son choix, est erronnée. Autres arguments des gayphiles " [l'homosexualité..]. "n’est pas faite pour la reproduction, la science nous permet de dissocier ces deux choses"" ou "Il est normal d’être hétérosexuel tout comme il est normal d’être bisexuel ou homosexuel. Mais personne n’apporte le moindre début d’indice confirmant cette affirmation, on admet qu'il s'agit de tout autre chose.

Il ne s'agit pas de polémiquer, mais de s'en tenir à la réalité que chacun peut observer. En effet que ce soit la nature pour les évolutionnistes ou un créateur divin pour les croyants et créationnistes, les êtres vivants, hommes, animaux et végétaux n'existent que pour et par la reproduction sexuée, l'altérité comme disent les plus homophobes des détracteurs. En effet le corps humain est admirablement agencé pour que cette tâche s'accomplisse, exemple l'épididyme chez l'homme et les trompes de Falope chez les femmes. A quoi ces organes serviraient-ils si l'homosexualité était classifiée comme naturelle donc normale dans le langage vulgaire. Aucun homophile n'a pu jusqu'à présent dénoncer cette précision, ce qui serait à l'opposé de la biologie et à l'anatomie génitale. Ici ou là on entend s'élever les arguments bateaux comme avancer que l'homosexualité existe dans le monde animal, alors qu'il s'agit là aussi d'une substitution ou un comportement psittaciste. Avons-nous observé des pénétrations entre félins mâle ? Les zoologistes le nient.

 Soyons sérieux, cette pratique relève autant de la recherche du plaisir que de l'amour romantique. Le plaisir, tout comme le désir, est un élément dans la chaîne du mécanisme qui aboutit à la perpétuation de l'espèce, pourquoi s'en cacher ? André Labarrère, maire de Pau, l'avouait avec l'humour qui le caractérisait. En ce qui concerne les amours platoniques, comme chez les hétéros ils n'en existent guère, sinon dans les romans ou les aventures littéraires. Dans la réalité elles se terminent plus que souvent par un rapport sexuel ou un commerce charnel comme disent les Chinois.

 Un choix (Lorsque je parle de choix, il faudrait pouvoir affirmer que c'est bien toujours le cas) dans l'expression de sa sexualité est de l'ordre privé et chacun d'entre-nous devrait pouvoir trouver son bonheur comme il l'entend. Ce n'est pas une raison pour nier sa particularité.

Vanneste, un droitiste peut dire "Je ne vois pas en quoi l'Assemblée nationale doit s'intéresser à une aberration anthropologique. Il n'y a que deux sexes, les hommes et les femmes. " Le reste, c'est une question de mode, liée à quelques lobbies qui ont manifestement beaucoup de pouvoir"[...] sans qu'une large partie de l'opinion publique s'insurge. Les mots sont durs certes, mais scientifiquement plausibles.

 LES PRATIQUES

 Pourquoi les messieurs utiliseraient-ils des voies détournées, ainsi que des préliminaires, pour mimer un coït et les dames, outre la manipulation, se serviraient-elles des substituts phalloides ? Aucun contre-argument non plus à ces petites questions banales, rudimentaires triviales je l'avoue, mais explicites.

 Question substitution il en existe d'autres généralement éphémères en cas d'"empêchement" dans les prisons, séminaires, cloitres, pensionnats, monastères et autres groupements exclusifs, où elles sont pratiquées bien plus souvent qu'on ne le croit.

 HOMOPHOBIE

 Homophobe, encore un suffixe galvaudé, car qui aurait peur des homos de nos jours, à part quelques tarés qui n'ont rien compris, pourrait-on trouver un autre vocable pour que puisse s'exprimer tous ceux qui trouvent devant l'homosexualité, pour qui c'est simplement une dérive plus ou moins contrôlée du comportement sexuel humain. Par contre, l'homophobie hystérique de certains est bien une forme de racisme, dans le sens usuel du mot et doit être condamné comme tel. Ce qui me permet de poser la vraie question et l'objet de cet article : peut-on ne pas être d'accord avec les théories homosexuelles, ses arguments sans être traité de réac, d'homophobe idiot, de phobiste ou de fasciste. ?

 MARIAGE ET ADOPTION

 Des thèmes à la mode apparaissent dans les médias et jusqu'au parlement, qu'il s'agisse du mariage homosexuel ou de l'adoption, aurait-on l'interdiction de dire que ce sujet est hors de propos étant donné le nombre de couples concernés. Tout en soulignant les inconvénients notamment devant une nouvelle parenté spécifique qui posera plus de problèmes que de satisfactions. N'oublions pas que les enfants ne sont ni une propriété ni un substitut de parentés impossibles, pas plus qu'ils ont aussi des parents naturels qu'ils rechercheront peut-être ce qui occasionnerait des soucis familiaux supplémentaires. Ce sujet qui ne devrait s'adresser qu'à une infime minorité -ne parlons pas de celle de l'opinion publique- des couples gays, n'est qu'un cache-sexe des véritables problèmes qui secouent la société.

 Le mariage n'est qu'une formalité administrative d'un couple qui veut vivre et espère souvent s'assurer une descendance et une inconsciente perpétuation de l’espèce humaine. Que certains "gays".(2) un néologisme récent, veuillent pour des raisons personnelles, civiles ou fiscales, se marier devant monsieur le maire, quitte à paraitre ridicule, pourquoi pas.

 (1) Homosexuel et hétérosexuels. Néologismes qu'il fallut créer pour les différencier, dès l'acceptation dans l'opinion de cette pratique nommée au départ pédérastie, d'où pédophilie qui là, tombe sous le coup de la loi. D'autres termes furent employés par des chercheurs assez radicaux au début du XX ème siècle, comme invertis par exemple . Pour les hommes on employait également le mot sodomite que l'on retrouve encore dans le français parlé et littéraire. Quant aux dames on parlait de saphisme, de lesbianisme, une construction du XXe siècle, qui est resté dans le langage courant et tribadisme. Et ne parlons pas de l'argot.

(2) Gay. Le terme est utilisé à l'origine, jusqu'au milieu du XXe siècle essentiellement en références aux sentiments d'être « insouciant », « heureux » ou « lumineux et voyant ». Mais il a acquis une connotation « d'immoralité » dès 1637.

 

19 octobre 2012

De l'astrologie


 

croyanes, pseudo-sciences, charlatans, astrologie, horoscopes

Origène : « il faut bien se garder de croire que la liberté de l'homme soit soumise à l'influence des astres ; car alors, il n'y aurait plus de libre arbitre, sans lequel les hommes ne feraient aucun acte de vertu, digne de récompenses, ni aucune mauvaise action qui méritât d'être punie. »

 Historiquement on peut dire que l'astrologie est un avatar de l'astronomie. Cette dernière, science exacte a correspondu avec les premières questions que les hommes se posaient quant à leur présence sur terre, angoisse qui donna lieu à tant de croyances.

 L'astronomie est née au sein des premières sociétés civiles évoluées, il y a selon les historiens 5000 ans, (à l'époque chaldéenne) par des observateurs et savants qui notèrent la régularité du mouvement des astres et planètes dans le ciel et leurs corrélations avec les marées par exemple. Ils considéraient les objets célestes comme les lieux de résidence ou les augures des dieux et donc, les associaient à des événements terrestres. Puis ils dressèrent des cartes (éphémérides) en regroupant les étoiles en constellations auxquelles on a attribué des noms symboliques afin que les marins par exemple qui les utilisaient puissent se repérer en les situant.

 Il va sans dire que ces astronomes jouirent très tôt d'une belle considération parmi le peuple en annonçant par exemple une éclipse, ce qui tenait à l'époque de la magie. Certains d'entre-eux ont utilisé cette aura pour construire une théorie qui consiste à affirmer que les astres ont une influence sur le comportement humain et accentuant cette pensée magique pouvoir prédire l'avenir de chacun. Cette théorie, l'astrologie, devint vite une pseudo-science s'appuyant simplement sur l'empirisme et devint au cours des siècles, ce que les astrologues que certains astronomes sont devenus, nomment un "Art."

 Critique, réfutation et interdiction

 Dans l'Antiquité romaine, alors même que l'astrologie est très populaire, ses "prêtres" furent mis hors-la-loi avant J.-C. La « mode » astrologique continuant, l'empereur Tibère mettra en place une législation restrictive. Bien plus tard, en 1666, sous la pression des jésuites, Colbert la raye des disciplines académiques et en interdit l’enseignement en faculté. Le poste d’astrologue royal est supprimé à cette époque. Jusqu'à la fin du XXe siècle, le Code Pénal comportait l'article R. 34-5°88 sanctionnant « les gens qui font métier de deviner ou de pronostiquer ». Cet article a été supprimé sous la présidence de François Mitterrand, dont on connait les affinités avec une célèbre astrologue quasi-officielle.

 Les principes de l'astrologie

 Selon la nébuleuse théorie astrologique, un décan est une subdivision d'un signe, chaque signe est donc divisé en trois décans. On fait d’abord le "thème" astral de l’individu, qui est simplement un graphique relevant la position des astres dans le ciel à la naissance. Ensuite, on range ainsi chaque individu dans une catégorie, dépendant du signe astral. Ainsi, quelqu’un né sous le signe du taureau "gouverné" par la planète Vénus serait-il gentil et obstiné. Cette dernière exercerait son influence dans les domaines tels que l’amour, le plaisir, les enfants, l’art, la richesse, l’amour et la vie, alors qu'elle n'est qu'enfer à l’atmosphère irrespirable et aux températures extrêmes. croyanes, pseudo-sciences, charlatans, astrologie, horoscopes

 Du fait du phénomène de la précession des équinoxes, les constellations ne correspondent plus aux signes, celui des gémeaux correspond aujourd’hui à la constellation du taureau et nous voilà dans le flou le plus complet.

 Pour noyer le poisson ou paraître scientifiques, les astrologues font référence à la fameuse gravitation des planètes, or l'attraction par exemple Terre-Lune est à l'échelle du corps humain, infiniment moins importante que ceux qu'exercerait un immeuble ou une armoire.

 l'implausibilité de l'astrologie.

 Les professionnels parlent de douze signes du zodiaque, mais il existe un autre, le Serpentaire, longtemps et encore contesté à cause de son chiffre 13, se rapprochant ainsi de la superstition, une croyance de la même famille. Attention cela se complique

 "la personne née le 22 mars a comme décan Mars et la personne née le 17 avril a comme décan Vénus, la personne du 22 mars sera plus nerveuse, plus sportive, plus susceptible que la personne du 17 avril qui sera plus diplomate, plus artistique, plus hésitante selon les caractéristiques des Astres particuliers et différents de Mars et Vénus. Un jargon ou plutôt un argot de métier.

 Jusqu'à récemment les savants calculs s'arrêtaient à Saturne, depuis, les astro-physiciens ont découvert Neptune, Uranus (1884) et Pluton (1933). Tous les "thèmes" - un mot emprunté à la science, la vraie-, précédent étaient donc faussés, jusqu'à la veille. Depuis que Pluton a perdu son statut de planète, faut-il jeter tous les graphiques antérieurs à la poubelle ?

 L'astrologie se base sur la date de naissance et non sur celle l'embryogenèse, allez savoir pourquoi, certainement par la difficulté de trouver une date exacte. Réponse un peu gênée des astrologues, l'utérus de la mère serait capable de protéger un foetus hors des influences célestes jusqu'à la naissance. Toute la bio-pédiatrie se marre encore.

 Pour le grand public, la distinction entre astrologues et voyants est souvent floue. C'est pourquoi tous les astrologues ne prétendent pas dresser des prédictions formelles et leur organisation professionnelle leur demande de signer un code de déontologie qui interdit les prédictions formelles. Rien que çà !

 De telles corrélations et imprécisions, de flous et d'erreurs, devraient discréditer l'astrologie. Que nenni, elle donnera naissance à des dérives absurdes comme l'horoscope. Mieux encore, pour tout ce qui touche à la santé, l’astrologie médicale a des solutions : les planètes sont en effet associées aux parties du corps et la carte du ciel à un moment donné aide, selon les astrologues, à effectuer un diagnostic.

 Analyses et tests

 L'astrologie était considérée par les Lumières comme l'archétype de la superstition, de la croyance dans des forces occultes, magiques et supérieures. Malgré l'apparence scientifique affichée de calculs compliqués, il ne s'agit que d'une discipline autarcique et à ce jour, aucun effet direct des planètes sur le corps humain n'a été rigoureusement observé,

 Les quelques tests scientifiques arrivent aux conclusions suivantes : les prédictions ne font pas mieux que le hasard, il n'y a aucun mécanisme justifiant une quelconque influence astrale, absence de cause, ce qui est rédhibitoire pour un scientifique.

 Tandis que les astrologues étaient bien trop occupés à gruger des gogos pour conduire des tests statistiquement valides de leur travail, des scientifiques l'ont fait pour eux. Dans les années 1950-1960, Michel Gauquelin de ses premières expériences, a conclu : « Face à la science, l’astrologie moderne, comme celle d’hier, reste une doctrine imaginaire. Prédire l’avenir en consultant les astres, c’est tromper le monde, ou bien se tromper soi-même. » Le même envoya l'horoscope d'un des pires assassins de l'histoire de France à environ 150 personnes en leur demandant si cette description de leur personnalité leur convenait bien, 94% des sujets répondirent par l'affirmative !

 Notre bonne vieille astrologie occidentale a de la concurrence: chinoise, inca, maya, etc., qui se contrediront forcément et si l’astrologie est une science de prédiction, alors il faut en choisir une. Ensuite, visitez deux astrologues, ils ne diront pas la même chose. Sauf chez les plus roublards qui répondront à votre demande, (on consulte en cas de malheur, de crainte, de désespoir) comme chez les tireuses de cartes, car on cherche un réconfort qu'il est facilement de satisfaire.

 N B.

 Le cercle zététique a créé le Défi zététique international. En échange d’un test gratuit, l’astrologue reçoit 200 000 euros en cas de réussite . Comme le risque financier est nul pour un gain potentiel énorme, on peut estimer que les astrologues ne se présentant pas à ces tests ne croient pas à leur pseudo-sciences. Après quelques années de fonctionnement, très peu d’astrologues ont concouru, le test fut arrêté faute de combattants. 

 

 

 

 

 

 

17 octobre 2012

De l'homéopathie

 1365522487.JPG

«Ca marche juste parce que j'y crois »

 HOMEOPATHIE (du Grec Homéo qui signifie semblable et pathos maladie)

 Cette idée émerge au début du 19ème siècle (1790) par les travaux de C.F.Samuel Hahnemann, médecin allemand, qui se basait sur le principe, (mal traduit d'Aristote) de la loi de similitude. Le traitement consiste à guérir le mal par le mal, par administration à dose infinitésimale d'un soit- disant principe actif. Cette théorie aiderait le corps à se défendre contre l'attaque empirique du mal qui serait un tout. Notre bon docteur connaissait bien la toxicité de certaines des produits employés, c’est pourquoi il opéra à partir d'une dilution au centième de teinture mère de phosphore dans de l’eau en latin phosphora 15 ch. (1) substance mélangée avec 99 parties d'alcool à 70°. Cette potion est ensuite malaxée quinze fois de suite avant d'être secoué vigoureusement (succussion). A ce stade il n'existe plus une seule molécule de teinture mère ! Une préparation dénoncée par Lavoisier lui-même, son contemporain. Or, depuis, car la science progresse, elle, on sait qu'aucune réaction chimique ne peut avoir lieu en l'absence de réactif, l'absence relative de « molécule active » constitue l'argument définitif des opposants à l'homéopathie pour contester l'efficacité de cette pseudo thérapie. Notons que l'administration de ces substances à moins de 5 degrés de dilution peut être nuisible

 Sa pénétration

 Cette vogue disparaît aux États-Unis, alors qu'elle comptait en 1860, treize mille médecins homéopathes. Tandis que sur d'autres continents peuplés de sots, l'ignorent, sur le vieux continent, les homéopathes se plaignent que leur méthode est en butte à la vindicte de la médecine traditionnelle par jalousie ou bridée par la puissance des laboratoires "allopathiques" (1) qui freineraient l'essor de cette médecine. Ou plutôt de son négoce, en effet, aucune découverte ne peut sortir de ces laboratoires pseudo-scientifiques, car il n' y a pas de recherches autres que l'habillage du produit et de son contenant, la théorie étant à la fois fausse et figée. Dans notre pays, le fournisseur du produit homéopathique devant simplement garantir son innocuité et la preuve de l'efficacité thérapeutique n'est pas requise !

 Dans le monde occidental, la France est le seul pays ou l’homéopathie occupe une telle place, la réponse à cette anomalie se trouve du coté d'un laboratoire, leader incontesté du lobby des homéopathes, qui domine allègrement le marché juteux des granulés magiques, une société Monsanto en quelque sorte de la médecine paralèlle. Ce même labo qui finance généreusement toutes les tentatives de justifications théoriques, qui attaque la revue « Sciences & Vie » et qui est débouté (1995).. Selon un enquête d'opinion réalisée par l'institut Ipsos pour le compte de ce leader du secteur en France et ailleurs, les Français plébiscitent l'homéopathie. Un niveau en hausse de 17 points par rapport à 2004.

 Malgré que son principe et son efficacité soient infirmés par la science universitaire, loin des lobbys pharmaceutiques traditionnels qui opèrent dans la même logique de rentabiliser les investissements , l'homéopathie bénéficie en France du remboursement par la Sécurité sociale et d'un réseau de plus de 5.000 médecins.. D'un côté la science démontre l'inefficacité d'un tel remède et on continue à l'utiliser et lorsqu'elle interdit la mise sur le marché de produits néfastes, douteux ou inutiles, ont applaudit, paradoxe ?.

 L'exercice médical de l'homéopathie, auparavant toléré, est reconnu depuis 1997 par le conseil de l'ordre des médecins. Toutefois compte tenu de l'absence de validation scientifique, l'exercice de l'homéopathie par des médecins ne semble pas respecter l'article 39 du code de déontologie médicale stipulant : « Les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé". En 2004, l'Académie nationale de médecine a demandé le déremboursement des préparations homéopathiques en présentant l'homéopathie comme une « méthode obsolète » fondée « à partir d’a priori conceptuels dénués de fondement scientifique » et « comme une doctrine à l’écart de tout progrès ». Cette demande a été refusée, après avis du Ministère de la Santé.

 Son exercice.

 La poudre de perlimpinpin des homéopathes est une entité de nature "ectoplasmique". Il suffit d’avoir quelques notions médicales, quelques bribes de formation scientifique, un soupçon de cohérence ou de bon sens pour constater que cette médecine ne peut convaincre que des pré-convaincus, formatés pour gober ce genre de discours. C’est tellement vrai qu’un des plus célèbres homéopathes de salon indique que, je cite : « L’homéopathie guérit toutes sortes de maladies…à condition qu’elles ne soient pas de nature lésionnelle ou mentale, et qu’il ne s’agisse pas d’une pathologie grave » Selon le principe édicté par son créateur, rien n'empêcherait le traitement de ces maladies graves et au nom de quoi ? Ne restent que les miracles de Lourdes. On se pince en lisant les propos effarants de tel homéopathe, qui prétend faire de cette soupe magique, attention accrochez-vous : "le chef de file de nouveaux remèdes élaborés sur le même modèle, pour lutter par une quelconque voie interféron-like plus spécifiquement contre d'autres maladies virales, hépatite, sida et certains cancers, et selon les dosages utilisés, favoriser une action activatrice ou inhibitrice des mécanismes immunitaires, ceci dans une optique curative ou préventive".

 Evitons de plus, de lier comme certains adeptes le font, cette pratique avec une médecine dite naturelle, naturothérapie ou phytothérapie de nos grand-mères dont les vertus et les limites sont connues. Dans ce cas, on croit avaler des pilules homéophatiques qui ne contiennent donc plus aucune substance initiale (ce qui revient à vendre du rien dans de l'eau) et en fait on avale de la tisane ou de la queue de cerise ce qui ne fait de mal à personne.

 Toute une partie de la justification théorique de l'homéopathie reposera sur les lacunes conceptuelles des sciences naturelles de l'époque avec, entre autre la mémoire de l'eau comme mécanisme explicatif, l'homéopathe russe Semen Korsakov a donné son nom à un autre système de dilution. Celui-ci se contente de vider simplement le flacon utilisé après chaque dynamisation avant de le remplir d'eau. Il considère qu'approximativement un centième du volume initial est resté accroché aux parois. Un postulat est issu d'une vieille lune de l'alchimie, à l'origine de l'hypothèse proposée par Jacques Benveniste en 1987, selon laquelle l'eau aurait gardé les propriétés de substances sous la forme d'une empreinte électromagnétique de la molécule. Une hypothèse dénoncées par les revues qui avaient publié ses travaux.

 Incohérences.

 La majorité des préparations dites homéopathiques se présentent sous forme de granules fabriqués à partir de sucre, de saccharose et lactose et font l'administration se fait par voie buccale et sublinguale. A ce sujet, Hahnemann lui-même remarquait dans un opuscule sur son traitement de la scarlatine (Plus personne ne soignerait la scarlatine avec l'homéopathie, c'est dire où allait se perdre les études de ce monsieur) que la prise de la préparation homéopathique avec du sucre la rendait inefficace. De plus, dès le début de sa pratique Hahnemann prescrivait, entre les prises de remède pseudo-actif, une prise quotidienne de grains de lactoses ou toute autre substance, pour « plaire » au malade et le faire « patienter ». Sa méthode aujourd'hui commercialisée ne contient souvent plus que cette indication intermédiaire.

 Par glissement sémantique, le terme « homéopathique » est devenu en langage courant, synonyme d'une dose minime d'un produit, par référence à l'une des caractéristiques de l'homéopathie. Or, cette méthode doit obéir à des critères précis, non seulement la similitude, le secouage et la dilution, mais aussi la globalité, l'individualisation ou la singularité qui est au centre de la méthode. Chaque traitement doit être propre à chaque patient, quel que soit le nom de la maladie. Dans la pratique, les "médicaments homéopathiques" ne respectent pas le principe d'individualisation et constitue dont une escroquerie morale à la méthode et vis-à-vis et de leurs clientèles qui l'ignorent (les laboratoires homéopathiques ne le spécifient pas dans la notice de leurs produits dont ils tirent profit) Un exemple, l'homéoplasmine est un simple onguent à base d'arnica comme tant d'autres, mais qui est un fleuron d'un certain laboratoire que je ne nomme pas.

 Méta-Analyses

 Toutes les tentatives sérieuses de contrôle d’efficacité, notamment en Allemagne, de cette méthode ont échouées ou guère probantes. La première fut tentée sous le III Reich sous la houlette de Himmler, par le Dr F.Donner. Il écrira « l’on n’a pas réussi à obtenir un succès quelconque que l’on puisse porter au crédit de cette méthode homéopathique ». Ce texte n’est jamais publié.

 Une autre étude plus contemporaine eut lieu en France de 1985 à 1987, sous l’égide de Georgina Dufoix, laquelle annonçait des mesures concernant cette pratique, par exemple un essai en double aveugle sur l’efficacité de deux produits, actif et inactifs, Les résultats négatifs furent publiés en 1988 dans la revue « The Lancet » D'autres ont été publiées et toutes concordantes, à tel point que le Professeur Minkowski, pourtant adepte d’une « médecine » douce allait appeler l'homéopathie « le scandale du siècle »

 En 2005, The Lancet avait publié une méta-analyse indiquant que l'efficacité des remèdes homéopathiques était comparable à celle de placebo (3) donc que leurs effets sont exclusivement subjectif . La même revue concluant qu'il n'y a pas d'effet significativement différent d'un effet placebo quand les études respectent les critères méthodologiques. Ce que les utilisateurs français ignorent ou ne croient pas et qui sont les plus gros consommateurs de tranquillisants du monde et je ne suis pas loin de penser qu'il y a un rapport.

 En 2011, aucune étude clinique n'a encore établi un effet thérapeutique de l'homéopathie différent de l'effet placebo.

 Comment une pilule de perlimpinpin peut-elle avoir des résultats positifs, sinon par une croyance comme les autres irrationnelles ? Ses utilisateurs ne sont-ils pas appellés adeptes ? Lorsque l'on cherche sur le net les bienfaits de cette médecine improbable, on tombe sur les fesses, elle sert à tout : guérir la grippe bien sûr, les acouphènes atténue les douleurs de l'accouchement, les vomissements, la déprimata, la gastro , bien entendu la grippe. On peut même lire "qu'il s'agit d'énergie de nature physique, vibratoire qui obéit aux règles de la physique quantique comme la lumière" .... L'homéopathie est aussi utilisée sur les animaux domestiques ou de ferme. Question entretient avec le patient et la singularité du traitement on peut n'être pour le moins que sceptique.

 Néanmoins, il faut donc se garder certes de dénoncer a priori toute avancée dans le traitement de la douleur corporelle ou mentale et laissons la science poursuivre son chemin en dénonçant le mercantilisme de ces laboratoires et pas seulement ceux-ci. D'autre part, je ne nie pas la disponibilité des médecins homéopathes que n'ont pas certains de leurs confrères allopathiques, ils sont plus à l'écoute du patient, ce qui a certainement plus de bienfait que les médicaments qu'ils prescrivent.

 Je pense que Hahnemann était un bon chercheur, ses travaux étaient reconnus, mais ignorait ce que la science depuis à découvert, ce qui rend sa théorie non seulement obsolète, mais faussée par ses carences bien naturelles.

 Anecdote. Sir Joseph Ollife, médecin à la cour de Napoléon III, prescrivait contre l'impuissance et la frigidité le mélange : « Aqua simplex, Illa repetita? Eadem stillata, protoxyde d'hydrogène, Nil aliud". Cinq gouttes avant chaque repas. Malgré de brillants résultats, il fut disgracié quand un latiniste eut éventé la mèche : sous ces noms savants se cachaient toujours le même ingrédient : Aqua fontis (eau de fontaine) Illa repetita (la même répétée) Idem stillata (la même distillée) Hydrogeni protoxyde (H2O : formule chimique de l'eau) Nil aliud (rien autre chose). La suite ne nous raconte pas qui a viré ce rigolo.

 * Les mots soulignés sont les critères indispensables et solidaires de cette méthode.

(1) Une goutte d'eau (environ 0,05 mL) dans le lac Léman (88 900 millions de m3) représente une dilution d'environ 6×10-19, soit l'équivalent de 10 CH.

(2) terme également inventé par Hahnemann

(3) Placebo (du latin : « je plairai » )

 Le placebo est une thérapie inerte administrée à un sujet qui pense recevoir un traitement actif. Ce phénomène a été étudié par Paracelse (1494-1541). Une des premières mentions du terme se situe dans un dictionnaire médical anglais Hooper datant de 1811 : « médication destinée plus à plaire au patient qu'à être efficace »Sur le modèle des homéopathes, un psychiatre français a créé le premier placebo officiel. Cette spécialité, vendue sous le nom de Lobepac (anagramme de placebo) et déclarée élixir psycho-actif, est présentée comme sédative (bleue) ou tonique (rouge)

 

10 octobre 2012

Des barbus......

 

Detainee-served-as-imam-at-prison.jpg

UN IMAM COMME LES AUTRES

Mon pays c'est celui qui me permet de vivre.

 Pour un quidam comme moi athée, antiraciste inné et militant, dire que ces trouducs barbus et autres fadas du radicalisme-fondamentaliste-salafiste-wahabite, tueurs ou pas encore, commencent à dépasser les bornes, cela la fout mal. Les invectives et injures vont gicler de la part de certains qui n'hésiteront pas à me traiter d'islasmophobe.

 Exemple, ce voyou qui voulait être un martyr qui jette une grenade dans une épicerie juive (1) de Sarcelles, (en véritable combattant héroïque) et qui s'est fait descendre. La mère de son enfant dit de lui :

 "C’était un mec bien… Il voulait que j’éduque notre futur enfant dans le pur respect de la religion.» un type qui avait fait de la tôle pour trafic de stupéfiants !. Mauvais musulman donc, il fut pris en main par ses codétenus et coreligionnaires, car voyez-vous, l'Islam "radical" prospère dans les prisons, certains détenus préchent carrément dans les cours. Les radicaux sont fiers d’être en prison parce qu'ils portent une idéologie qui est à leurs yeux la vérité. Ils veulent donc la diffuser auprès des plus modérés.

 «Mais il y a effectivement quelques cas difficiles qui font du prosélytisme», reconnaît un dirigeant d'une association qui vient en aide aux détenus musulmans. Et si justement le problème venait plutôt de ces aumôneries, qui devraient être surveillés, contrôlés ce qui commence à se faire et même pourquoi pas supprimées. La communauté catholique compte 655 aumôniers et les protestants 317, pour le culte musulman 150, chiffre qui devrait augmenter et dont les Aumôniers qui pensent qu'il faut remettre ces déviants dans le droit chemin en préchant la vrai foi, celle du Coran, laquelle une fois dans les esprits engendrera pourquoi pas des extrémismes.

 Ne serait-il pas temps en France, le pays qui a su séparer la République de l'inluence de la religion sur la société, de modifier ou radicaliser (sic) la loi de 1905, la rendant plus sévère envers toutes les religions, leur ôtant du moins sur notre territoire toutes veléités d'expansion et de prosélytisme.

 Nous voilà depuis pas mal de temps devant un problème politiquement exploité par la droite et ses extrèmes, qui ne font qu'attiser les tensions et d'exciter les dingues et repris de justice convertis à l'Islam avec comme conséquence le meurtre aveugle au nom de l'Islam qui n'en demande pas tant. Les sodomiseurs de coléoptères que sont les politiciens de droite qui voient derrière chaque musulman un terroriste, le crient partout ce qui indigne forcément le mahométan de base, peut être un des buts recherchés par les futurs-ex-martyrs.

 Les Coppé et autres de la même eau sont assez bêtes pour tomber dans le panneau. Le premier nous sortant le coup du pain au chocolat, après celui interminable de la viande Halal, puis en remet une couche avec son racisme anti-blancs comme si c'était un idéologie dominante. Zéro pointé. A moins que cela ne soit qu'une stratégie électorale consistant à récupérer des voix F.N, un parti qui lui est carrément un rassemblement de nigauds qui n'ont rien compris. Double zéro

 Il n'en reste pas moins qu'ils ne faut pas laisser faire les thuriféraires de Ben Laden, sans légiférer mais décréter pour faire disparaitre certaines anomalies. a/interdire les charias souvent discrètes qui sont hors la lois républicaines.

 a/interdire les charias souvent discrètes qui sont hors la lois républicaines.

  b/ l'arrêt des ségrégations dans les hopitaux qui consistent à refuser un chirurgien ou un gynécoloque masculin pour ces dames.

 c/ L'interdiction en public du voile et de la burqua comme tout objet ou vétement distinctif, donc ostentatoire, de tous les cultes

 d/Remettre en question l'existence des écoles coraniques, juives, catholiques et Romaines et les endoctrinements, il n'y a pas d'autre mot, des enfants avant l'âge de raison, c'est à dire mineur selon la loi.

 Est-ce être "sectaire" que d'énoncer ces propositions ? Le terme ne me convient pas, mais peu importe, le but est d'éradiquer les enseignements religieux dont les conséquences sont visibles et qui sont le sujet de ce post, le terrorisme inter-religieux. Partout dans le monde s'affrontent non seulement les religions entre-elles, mais leurs sectes, cela suffit

 Par contre, je laisse la liberté de croire, en toute connaissance de causes (ce qui jusqu'à present est écarté) ou non à l'un des Dieux qui sont proposés à ceux qui le préfèrent. Il y a le choix, même lorsqu'ils sont confondus et à qui on donne des noms différent pour emmerder la concurrence.

 Vous allez me répondre : pour les croyants, que je suis un mécréant, un impie, un athée et surtout de m'accuser de porter atteinte à la religon que les plus farfelus apellent blasphème. Des non-croyants : de porter atteinte à la liberté fondamentale (re-sic) de chacun et donc de n'être pas laïc.

 Ce que j'accepte, faisant passer devant tout l'individu, même le plus sordide (Quoique.Il y a des irrécupérables dans le tas) espérant encore qu'au plus profond de lui-même il reste quelque chose d'humain.

 Le premier qui me parle de rédemption je sors mon revolver

 N.B De plus il est inacceptable de voir s'importer en France les conflits comme en d’Afghanistan ou d’Irak,de Palestine et aujourd'hui du Mali.

 (1) Amar Lasfar, recteur de la Grande Mosquée de Lille-Sud, en conférence au Grand Palais de Lille le 19 août 2012 :
« Pour conclure mon discours, je voudrais vous dire que la seule chose que je souhaite à l’approche de la fin de ma vie, c’est que Allah me donne l’opportunité pour aller au pays du Jihad et de la résistance, même en fauteuil roulant, et je tuerai tous les ennemis d’Allah, les Juifs! » A noter que personne ne pense à interdire ce genre de réunion ou prendre des sanctions.

 

28 septembre 2012

LA CAUSE PALESTINIENNE OUBLIEE PAR L'OPINION PUBLIQUE INTERNATIONALE

  Palestine, Israël, conflit, proche orient, ONU, territoires occupés,


Colonie illégale en construction

Tandis que la colonisation israélienne en Cisjordanie, dont l'Autorité palestinienne réclame le gel avant toute discussion, se poursuit au mépris du droit international (1), à l'ONU notre bon président lénifie sur le conflit palestino-Israélien. Pourtant, il avait déclaré durant sa campagne qu'il fallait "tout faire pour faciliter la reconnaissance de l'Etat palestinien". Mais aujourd'hui il explique qu'il fallait avant tout des négociations et qu'une proclamation unilatérale ne serait pas la bonne solution, les mêmes mots que la droite hier au pouvoir.

 En 2011, Mahmoud Abbas avait échoué lors d'une demande d'admission de la Palestine comme Etat membre, s'attirant le courroux d'Israël et des Etats-Unis qui menaçaient d'utiliser leurs vétos, alors la communauté internationale le FMI et la Banque mondiale louait la politique économique du gouvernement de Cisjordanie. Si par malheur pour l'Etat d'Israël, un Etat palestinien voyait le jour sans sa bénédiction, il mettrait en route un éventail de représailles qui iraient du non-remboursement à l'Autorité palestinienne des droits de douane que l'Etat juif perçoit en son nom, jusqu'à l'annexion de la vallée du Jourdain ou des "blocs de colonies" juives en Cisjordanie, vieux fantasmes israéliens du Grand Israël, mais avec une lourde conséquence que serait le renforcement de l'influence du Hamas en Cisjordanie, une catastrophe pour Israël.

 Devant l'assemblée générale Abbas, l'oreille basse, réclame un nouveau statut intermédiaire amélioré pour son pays, celui d'Etat non-membre, entité observatrice. Comme le Vatican ! Ce qui ne changerait pas grand-chose au sort des Palestiniens. A noter que la demande d'admission comme membre à part entière reste posée .

 La date de la présentation de la résolution à l’Assemblée générale pourrait être influencée par la campagne électorale américaine, l'autorité palestinienne misant sur une relative équité de la part du candidat Obama, qui devrait l'emporter sur son adversaire, le mormon et milliardaire Romney qui vient de déclarer que s'il est élu, il se garderait bien d'intervenir pour relancer le processus de paix interrompu depuis deux ans..

 Par contre, le ton reste vif lorsqu'il réaffirme qu'il est temps de remettre la Palestine sur les lignes de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale. Puis, ensuite lorsque l'on entend Saëb Erakat déclarer que lorsque la Palestine obtiendra cet humble statut, "pas un Israélien ne pourra dire que ce sont des territoires disputés" "La Palestine deviendra un pays sous occupation (...). Il pourra alors adhérer à toutes les agences internationales" de l'ONU." Comprendre : Cour internationale de justice et Cour pénale internationale, qui pourraient à terme juger l'Etat hébreu pour ses violations du droit international, cette terreur du pouvoir israéliens et de son armée d'occupation dont les chefs sont passibles de ces tribunaux. A condition que ces deux instances onusiennes veuillent le recevoir, ce qui n'est pas certain..

 Puis, lorsque Mahmoud Abbas, précise qu'il parle «au nom d'un peuple en colère" qui déplore de ne pouvoir faire reconnaître ses droits malgré «une culture de paix et de résolutions internationales». Et accuse Israël de procéder à un «nettoyage ethnique» avec ses colonies à Jérusalem-Est, d'annexer de grandes parties de la Cisjordanie» et de «refuser de discuter sérieusement de la question des réfugiés palestiniens».«Israël est récompensé pendant qu'il poursuit sa politique de guerre, d'occupation et de colonies»,

 Un peuple en colère en effet,aujourd'hui, la Cisjordanie, qui dépend de l'aide internationale, est aujourd'hui secouée par une crise budgétaire sans précédent et en proie à des manifestations quelquefois fois violentes et derrière la grogne économique, les opposants sont de plus en plus nombreux à réclamer une abrogation pure et simple des accords d'Oslo. En effet la Palestine sinon Gaza est le seul pays occupé financé par l'occupé et la communauté internationale. Or, en tant que puissance occupante, ce devoir incombe à Israël, l'autre terreur des dirigeants d'Israël, car une charge financière légale mais létale pour l'économie israélienne et de sa fragile paix sociale..

 Peu après, Nétanyahou, l'a rembarré dans son propre laïus : «Nous ne résoudrons pas notre conflit par des discours diffamatoires à l'ONU.» Auparavant, il déclarait, aidé du schéma d’une bombe atomique schématique qu’il a brandi à la tribune, que «Face à une ligne rouge claire pour empêcher de se doter de l’arme atomique, l’Iran cédera». (Le toupet lorsque l'on sait que l'Etat hébreu possède une telle arme) Et ressasse depuis de longs mois que son pays est prêt, à titre préventif ce que Washington refuse, à bombarder les installations iraniennes. Ce que le gouvernement de ce pays nie en affirmant qu'il ne s'agit que de recherches pacifiques, ce qui peut être vrai ou faux, voulant doter l'Iran comme tant d'autres de l'énergie nucléaire domestique.

 Voilà où nous en sommes après des dizaines et des dizaines d'années d'imposture reconnue par la communauté internationale qu'est la création, là vraiment unilatérale, de l'Etat juif d'Israël. Force est de constater que la résistance palestinienne s'étant tue, l'opinion mondiale pourtant horrifiée par le sort réservé aux Palestiniens d'hier et d'aujourd'hui et les usurpations de biens et de territoires appartenant à des autochtones pacifiques, se détourne de la situation des Palestiniens et de leur cause. Une des raisons paradoxales, d'être du terrorisme donc infernale et de l'inanité de la diplomatie dans ce cas plutôt complice .

 (1) Selon l'ONU, ce sont au total plus d'un demi-million de colons qui habitent désormais les territoires occupés

 

24 septembre 2012

LETTRE OUVERTE A UN MAHOMETAN.

 Capture55m.JPG

 Il y a longtemps que je voulais t'écrire, mais aujourd'hui le temps presse. En effet, le climat qui pèse en France sur la cohésion nationale se dégrade, alourdit par une droite xénophobe et raciste, à tel point, qu'une vedette de série télévisée et chérie des téléspectateurs, exprime publiquement ce que beaucoup ressentent sans l'avouer (Sans compter ceux qui l'expriment ouvertement), sa peur devant la montée présumée ou réelle c'est selon, de l'Islam en Europe, donc chez nous. Cette animosité provoquée par la crainte viendrait-elle du nombre, un problème de quota comme l'avance certains ? Je ne pense pas, car combien de vos coreligionnaires se sont intégrés au point où aujourd'hui, à part les noms de famille on ne les distingue plus, mais dont on ne parle pas assez...Comment en est-on arrivé là ?

 Omar, permettez-moi de prendre un peu de recul. La France est historiquement une terre d'accueil et qui a su se défaire de l'emprise de l'Eglise catholique religion "dominante" jusqu'à il y a peu. Or, craindre que cette influence disparue renaisse d'une religion importée a de quoi en inquiéter plusieurs.

 L'observation de vos rites et pratiques dans la vie quotidienne, comme le port du voile ou de la burka par exemple, peut choquer. La présence de prédicateurs belliqueux haranguant de jeunes gens jusque là guère pratiquants peut inquiéter, bref, toutes marques ostentatoires d'un culte ou d'une culture étrangère dans le sens étymologique du terme. Autre exemple les prières en pleine rue, une messe célébrée régulièrement en plein air et une procession en terre musulmane seraient-elles acceptées ? Ici plusieurs personnes et personnalités, ne l'accepte pas non plus.

 La situation sociale de votre communauté pour la plupart d'entre vous n'est guère enviable, ce qui peut mener tout droit à une certaine délinquance ou violence que nous constatons, pourquoi le nier, phénomènes constatés par les sociologues notamment aux USA depuis bien longtemps, ce qui n'a donc rien à voir avec l'origine des quelques casseurs, dealers qui font la loi dans les cités qui effraient la population et font les choux gras de la droite extrême.

 Pour l'avoir vécu, je connais le sort de vos parents qui en France ont largement contribué au relèvement de la France, maçons, éboueurs ou salariés de l'automobile. Je sais aussi dans quelles conditions : racisme quotidien et vexations continuelles. Et je me souviens des crimes commis en octobre 1961 par une répression policière d'une manifestation pacifique dont ils ont été victimes faisant des centainesdemorts et des "ratonades", terme injurieux, oh combien, menées à l'époque par les racistes.

 Au nom de leurs sacrifices, il faut apaiser cette tension actuelle, en acceptant quelques concessions, car sinon, mon cher Omar, les conflits vont se multiplier et les graves incidents qui pourraient en découler seront politiquement récupérés.

 Ainsi, je reconnais que les autorités musulmanes montrant par là une grande sagesse, ont réussi à contrer des agitations prévues par de jeunes écervelés, aiguillonés par des irresponsables contre les dessins parus dans un hebdomadaire qu'ils ne lisent même pas, ou un ridicule film

 Sur le plan de ce qui nous sépare, il faut admettre que les religions dites du Livre, dont le Coran votre référence est inspiré, ne sont que des compilations des symboles et concepts rédigés au cours du temps par des sages peut être, mais qui n'ont plus lieu d'être. Ne serait-ce parce qu'elles sont porteuses de conflits et de tueries, comme nous le constatons en terre d'Islam.

 C'est pourquoi le droit inaliénable de la liberté de croire ou de ne pas croire, celui de nier ou de railler doit être accepté avec tolérance et sagesse. Pour atteindre une universelle paix il serait temps que dans nos écoles qui ne devraient qu'être laïques, on enseigne une étude synoptique des religions, ce qui aurait comme effet de mener les élèves dès l'âge de raison à une mûre réflexion sur la raison d'être de ces différents cultes. Mais ce n'est qu'une opinion personnelle.

 

J'espère que ma lettre vous parviendra et que vous en tirerez profit, vous et vos proches, pour la bonne compréhension entre la communauté nationale.

 Teddy.

 

21 septembre 2012

DE CHARLIE A LA CHARIA

 

542166_4069786297702_19864735_n.jpg

Le buzz

 Les médias nous bassinent avec la parution de Charlie Hebdo qui une fois de plus imprime des caricatures de l'Islam et son Prophète. Ensuite tous les hommes politiques ont été interrogé sur cette nouvelle affaire qui les laisse dans l'embarras, car la liberté de la presse et d'opinion est une des vertus premières de la démocratie et une tradition française maintenant séculaire, mais qui craignent un mouvement anti-français dans le monde musulman.

 Le personnel politique

 La classe politique et les chefs religieux sont de la partie et condamnent bien entendu toute atteinte à la liberté de la presse et d'expression tout en insérant dans leurs discours un "mai"s assourdissant qui pue l'hypocrisie, à tel point que le "Petit Journal" a pu les collectionner. Un peu d'humour que les islamistes et autres intégristes n'ont pour le moins pas

 Seul ou presque Vincent Peillon a affirmé ce matin que la liberté d'expression "a été très importante pour notre civilisation", "c'est comme ça qu'on a fait la démocratie, il faut la préserver". "C'est intangible, on ne peut pas transiger avec ça", car sinon, c'est "le premier pas vers l'autoritarisme". François Hollande, en février 2007 venu défendre Charlie Hebdo comme témoin déclarait "Il y a des libertés qui ne se discutent pas, qui ne se marchandent pas".

 Pour ce qui concerne l'ex-majorité c'est l'éclatement révélateur entre mes pro Charlie un comble, la droite islamophobe et les anti, fillonistes de tous poils. Pour Marine le Pen c'est l'occasion de se refaire une santé en réclamant l'interdiction de la burka dans l'espace public, ce qui est admissible .

 Quant au recteur de la Grande Mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, il a appelé les musulmans à "ne pas tomber dans le piège" d'une révolte après la publication de Charlie Hebdo. "Nous avons eu des débats avec les imams (lesquels sont fliqués d'ailleurs.NdT) de la région mais tous sont d'accord sur le fait qu'il ne faut pas rentrer dans le jeu de ces manipulateurs, ce ne serait pas dans l'intérêt des musulmans" A noter que dans son propos, les manipulateurs ne sont pas ses collègues tout aussi barbus qui excitent un tas de types qui saccagent ce qui leur tombe sous la main là-bas au nom d'Allah, mais des dessinateurs et trois malheureuses caricatures en pages intérieures d'un journal pour eux inconnu.

 Les autorités juives par solidarité se rangent du côté de leurs confrères musulmans recteurs et dignitaires. Sauf ces jeunes militants juifs excités, bien connu des services de police, qui soutiennent le journal, lequel pourtant ne rate pas une occasion pour les ridiculiser.

Les faits

 Pour comprendre la situation il faut remettre tout ceci dans le contexte. Le climat français tourne à l'islamophobie dans le vrai sens du terme, à savoir la peur devant la montée de l'islamisme, en réalité de l'intégrisme musulman et d'être devant une islamisation rampante. Ce terrain a été cultivé depuis longtemps par la droite lepeniste tandis que la droite parlementaire en fera un thème de campagne, en commençant par les Roms et en finissant dans les outrances marinesques. Il n'empêche que ce sentiment peut être compréhensible si l'on ne nous fait que remarquer les "travers" de cette culture si différente de la nôtre, comme cette délinquance inacceptable des voyous de quartiers, conséquence d'une crise économique donc sociale qui perdure.

 Si nous regardons les choses de plus haut, ce qui ne devrait pas être difficile si l'on veut s'en donner la peine, le spectacle que l'on nous montre de musulmans déchaînés contre ce fameux film (que personne n'a vu dans son intégralité et certains pensent qu'il n'existe que sous forme de scènes non montées) et ensuite contre un hebdomadaire français, on s'aperçoit que c'est évidemment une manipulation des fous d'Allah par de plus dingues qu'eux, des Imams hors des clous du Coran et de ses versets plus ou moins sataniques. Combien parmi les énergumènes, que l'on voit à la télévision ont lu la biographie de Mohamad ? Ils apprendraient que ce que dit ce film déclencheur, mais merdique, à son sujet est pratiquement exact (sauf la scène de pédophilie, rajoutée pour faire moderne), par exemple sa première épouse c'est vrai n'était pas pubère et le Miséricordieux était plutôt dur avec les femmes, une constante des religions antérieures, une situation toujours reprochée à l'Islam. Et qui peut nier que ce Prophète était un guerrier envahisseur sans grande pitié qui n'est pas une vertu de conquérant (1)

 Charlie

En ce qui concerne Charlie ont peut-être partagé dans nos opinions, mais si on se demande pourquoi cette nouvelle 'provocation' certains estiment comme moi, que non seulement la liberté d'opinion est nécessaire, mais que c'est aussi une façon de dire merde à tous ces rigolos qui manifestaient dans Paris ou qui voudraient refoutre le feu à un journal, montrant l'Islam sous un angle dénaturé, bien que cette religion comme toutes les autres, monothéistes, est à la fois obscurantiste rétrograde et porteuse de troubles et de conflits. Mais c'est un autre sujet de polémique.

 Charlie Hebdo est le digne successeur d'Hara-Kiri, lui même petit frère terrible du Canard centenaire, lesquels vivent sans publicité et libre donc de toute pression d'annonceur et d'actionnaires. Poumons de la presse française, ils ne cherchent pas de "gros coups" comme veulent le faire croire certains adversaires, notamment le directeur de l'Institut de recherches internationales et stratégiques, car leur équilibre financier est sain grâce à un excellent taux d'abonnements.

 Les musulmans et allons plus loin, les d'arabes européens intégrés, laïcs et athées, cette majorité hélas invisible et inaudible qui ne désire que vivre en paix loin de ces troubles, ne devraient-ils pas se remuer les fesses pour mater tous ces petits rigolos qui sont plus des voyous que de jeunes mahométans se sentant insultés dans leur foi par un journal qu'ils ne lisent pas

 Il faut pour toutes ces raisons soutenir Charlie-Hebdo, non seulement pour conserver ce droit inaliénable de se moquer de tout et pour sa démarche qui signifie que les prétentions de certains doivent être contenues.

Et on est en droit de tapoter le menton le fait que quelques dessins dessins parus en page intérieure d'un hebdo satirique français inconnu dans le monde, enflamme une partie de la planète jusqu'aux couloirs de la Maison Blanche via la plus petite mosquée du Yémen.

 D'autre part et pour terminer, ne serait-ce pas une conséquence ou un lien avec la volonté farouche d'Israël de bombarder les centrales atomiques en gestation en Iran, comme le répète chaque jour Netanyahu, juste avant la réelection probable d'Obama pour ne pas le gêner dans la dernière partie de sa campagne, en effet les manifestations sont dirigées vers le couple israélo-américain.

 (1) Verset 34. Les hommes ont autorité sur les femmes, du fait qu’Allah fait grâce à certains plus qu’à d’autres, et du fait qu’ils dépensent leurs biens. Les vertueuses adorent, et gardent le mystère de ce qu’Allah garde. Admonestez celles dont vous craignez la rébellion, reléguez-les dans des dortoirs, battez-les. Si elles vous obéissent, ne cherchez pas contre elles de querelle. Voici, Allah, le Sublime, le Grand." Source - André Chouraqui -

 

20 septembre 2012

SANTE PUBLIQUE, DOUBLE SCANDALE

 

 

 

 

915694783.jpg

Ce qui devrait être une bombe le "Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux" vient de paraitre et sa teneur relayée par les médias. Ce recueil s'appuyant sur quarante ans de recherches internationales (1) révèle qu’un médicament sur deux ne sert à rien et en dresse la liste précise. Etrangement, on l'observe que les détracteurs du livre ne se bousculent pas pour débattre sur mes médias. Peut-être n’est-il pas si facile de contrer ces implacables démonstrations méticuleuses et chiffrées.

 Un cas spécifique.

 Pour illustrer les affirmations de cet ouvrage, je vais prendre le cas le plus flagrant, celui dont on parle le plus, le traitement anti-cholestérol, l’ennemi public numéro un de la santé des habitants du monde occidental, soit la vastine commercialisée sous le nom de Tahor, Zocor ou Crestor.

 Les analyses sont plus que formelles, dans la plupart des cas cette prescription ne sert à rien et serait même dangereuse, car on relève un taux de cancers plus élevé chez les usagers estimé à 6% par rapports aux panel placebo. Et si cette molécule est active, elle est prescrite à tort, puisque selon certaines études concordantes le cholestérol ne serait en rien le facteur principal des accidents cardiovasculaires, le tabac et l'alcool surtout pris simultanément sans omettre le diabète et le mode de vie sont des autres facteurs de risques. De plus il ne se déposerait pas dans les artères et pour finir, l'invention du différentiel entre le mauvais et le bon cholestérol serait une supercherie, (2) tout ceci allant à l'encontre des constatations officielles.

 "Le problème, explique Phillippe Even, co-auteur, est que le cholestérol est une molécule noble, importante, vitale, qui joue un rôle essentiel dans certaines fonctions de notre organisme, qu’elle n’est en aucune façon dangereuse. Ce n’est en aucun cas un déchet. (…) Or, les statines ont été mises sur le marché en agitant le spectre du cholestérol qui va vous tuer !"."On est devant un médicament qui coûte à la France 2 milliards par an, qui est avalé par 3 à 5 millions de Français et qui ne sert à rien. C’est de l’argent jeté par les fenêtres au moment où les hôpitaux manquent d’argent". (3)

 Sans tomber dans la facilité et hurler avec les loups, il serait bon qu'une véritable étude soit immédiatement réalisée, pour infirmer ne serait-ce que pour rassurer les patients ou dénoncer ces affirmations et la commercialisation de médicaments sans effet et que le Ministère mette enfin le nez dans les livres des laboratoires sans attendre une autre affaire Médiator, livres comptables et autre compte-rendus internes qui pourraient déboucher sur plusieurs scandales.

 A/ Premier scandale. On commercialise des produits pharmaceutiques pour le moins suspect sans contrôle si je comprends bien hormis les indications des labos et des produits alimentaires en découlant dont la fiabilité est encore plus aléatoire, là où l'on prend les gens pour des poires ouvertement. Certes d'autres pilules à la noix et autres perlimpinpin jugées inefficaces par les autorités sanitaires ne sont plus prises en charge par la sécu, ce qui révèle un scandale annexe : la vente de rien au premier pékin qui en fait la demande sans en connaitre l'inutilité.

 B/ Le second : la mésinformation ou le bourrage de crâne des médecins traitants, qui ne sont pas tous blancs dans cette affaire, par les visiteurs médicaux. Exemple : toujours dans le cas de cardiopathie, le médecin de quartier (pas au courant !, la presse médicale n'en parle pas, ben tiens!) questionné sur l'efficacité et de la dangerosité présumés ou réelles de telle ou telle molécule, se cabre et se retranche derrière la prescription du cardiologue.

 A ce jour les médicaments dangereux, inutiles et/ou inefficaces ne sont pas interdits, il faut quand même s'étonner que cet ouvrage dans ce qu'il révèlerait de vrai n'indigne pas plus que cela la population ni nos dirigeants qui ne mouftent pas.

 P.S Je ne parle pas de l'homéopathie et des thérapies para-scientifiques dites alternatives, un autre domaine tout autant révoltant.

 (1) Ce guide est le résultat de 40 années de lectures et d’archivage d’articles scientifiques parus dans les plus grandes revues professionnelles. Les 20.000 références internationales utilisées sont consultables à l’Institut Necker à Paris.

 (2) En réalité, bon ou mauvais, la molécule de cholestérol est rigoureusement la même. Il n’existe pas deux formules chimiques de cholestérol, ce qui fait la différence c’est le mode de transport du cholestérol.Le LDL, (Low Density Lipoproteins) véhiculent ce dernier du foie vers les autres organes. Le HDL (High Density Lipoproteins), quant à elles, font le chemin inverse).

 (3) Une autre étude épidémiologique reprenant sept essais cliniques randomizés avec 42 848 patients tirés de la population ne montre pas significativement de diminution de la mortalité. (Wik.) Le clinicien Michel Lorgerire reproche un conflit d'intérêt entre les médecins experts recommandant l'emploi des statines et l'industrie pharmaceutique. Il dénonce ce qu'il appelle le « cholestérol delirium »

 

16 septembre 2012

DE l'INTERET A L'USURE.

 

monetisation-dette-fuite-avant-keynesienne-L-ao85sM.jpeg

Dans un éclair de lucidité et de raisonnement, le fait de voir un individu s'enrichir sans produire, au détriment d'un autre, (le prêteur et l'emprunteur) chacun d'entre nous devrait y voir quelque chose d'anormal, voire d'immoral. D'ailleurs le prêt rémunéré ou usure, (tout est relatif) fut interdit par les religions du Livre et subsiste formellement encore dans l'Islam, le catholicisme l'ayant enterré depuis longtemps.

 Le ribâ pour l'Isla m (l'interdit en la matière) est la conséquence de l’égalitarisme recherché dans la loi musulmane. Il repose sur le fait que pour le Coran, l’argent en lui même, n’est pas productif. Ne nous trompons pas les Emirs ont trouvé la parade. Et de nombreuses philosophies anciennes ont souvent remis en cause l’usure et la logique de valorisation du capital au détriment du travail. Platon et Aristote ont critiqué sévèrement l’usure en résumant leur pensée dans l’expression « un écu n’engendre pas"

 Par quel cheminement en est-on arrivé à admettre une telle incongruité ?

 L'origine.

Après la cueillette et la chasse, les sociétés primitives ont dû échanger certaines denrées, ce fut l'ère du troc. Puis pour des moyens pratiques, ils décidèrent de créer un moyen d'échange, le gramme d'or, matériau magnifique rare et malléable au point de pouvoir en faire des bijoux. Cette pratique se développa au Moyen-Age pour devenir universelle, les rois, les seigneurs, les riches et les gros négociants possédaient de l’or et s’en servaient. Certains ont cru bon de confier leurs économies aux professionnels de la chose, lesquels donnaient un reçu nominatif en s'empressant de leur demander un "loyer" pour les conserver et les protéger, puis prêter ces reconnaisances devenues bons au porteur monnaie scripturale à celui qui en avait besoin et exiger là aussi une redevance, ce fut la création de l'intérêt puis de l'usure.

 Rien n'empêcha les orfèvres de se transformer en banquier en créant sans contrepartie réelle de la monnaie, donc du crédit. Alors que l'intérêt sur l’argent dès sa naissance est à la fois illégitime et absurde, anti-social et anti-arithmétique, le vice monétaire est donc un vice technique autant qu’un vice social.

 Aujourd'hui

 Cette pratique est la base même du capitalisme industriel et financier, mais plus personne ne condamne l'intérêt, le profit. A par verbalement l'usure (1). et la spéculation sous toutes ses formes, par quasiment tous les gouvernements, mais sans intervenir d'un pouce et qui se gardent bien de le faire, simples exécutants de la finance. Le gouvernement actuel, social-démocrate pur beurre, qui voudrait ou voulait déclarer la guerre à la finance, tente de réduire les inégalités. Par exemple parle de taxer la rémunération des actionnaires à hauteur de celle des salariés. Ces mesures ne concerneront certainement pas les gros actionnaires qui utilisent les combines les plus sophistiquées pour échapper au fisc, au moyen de cabinets spécialisés dans ce genre d'entourloupes.

 Et si par hypothèse d'école l'on supprimait dans le monde la rémunération du capital, les fameux dividendes et autres "jetons de présence".?

 Ce serait me direz-vous la fin des investissements productifs, de la bourse et ses subtiles manoeuvres , de ses traders, donc du système libéral ?. Chiche. Ainsi, cette anomalie de l'homme qui s'enrichit en dormant, (tels ces exilés fiscaux) objectivement l'un des fauteurs de troubles cycliques économiques, financiers et sociaux inhérent au système, disparaîtrait du raisonnement admis actuellement par tous. (2)

 Il resterait à créer un autre moyen de production et donc d'échange. Comme le capitalisme ouvrier, où la société appartient à celui qui y travaille et qui la nourrit. Et devrait mettre un terme à la transmission de fortune par héritage qui ne repose U sur rien, sinon sur une accumulation de capitaux qui réclameront eux aussi des retours sur investissements.

 De plus cela nous épargnerait le défilé sur nos écrans de ces économistes distingués, experts et compagnie, ou qui pondent des articles percutants dans les journaux, de savants opuscules et autres parutions. Ces professionnels, chacun avec sa théorie, ne font pas avancer le schmilblik d'un pouce.

 Arrivés là nous sommes bien plus près de l'anarchisme que du communisme et de toutes parts vont, à la lecture de ce post, affluer (?) les commentaires moqueurs, alors que je ne parle que d'une hypothèse. A la lecture de ce qui suit on peut se demander depuis quand on prends les genes pour des poires

 Un banquier anglais distingué, Reginald McKenna, un temps Chancelier de l’Echiquier, disait, en 1934, à une assemblée d'actionnaires: «Le peuple ignore généralement que le volume de l’argent en circulation dépend de l’action des banques. Tout prêt bancaire, direct ou par découvert augmente le flot de crédit en circulation et tout remboursement d’un prêt bancaire diminue ce flot d’un montant égal au remboursement.»

 La dette publique

 La dette publique est faite d’argent qui n’existe pas, qui n’a jamais été mis au monde, mais que les gouvernements se sont tout de même engagés à rembourser. L’augmentation soudaine de la dette après un certain nombre d’années s’explique par l’effet de l’intérêt composé. A la différence de l’intérêt simple, l’intérêt composé est payé à la fois sur le capital et sur l’intérêt non payé, qui s’additionne au capital. Tout cela pour démontrer que tout intérêt demandé sur de l’argent créé, même à un taux de 1%, est de l’usure, un vol.

 Exemple, la dette des USA : les premières hausses significatives ont eu lieu durant les périodes de guerre: guerre civile américaine, première et deuxième guerres mondiales. De 1975 à 1986, la dette est passée de 533 milliards $ à 2073 milliards $. En septembre 2006, elle était de 8500 milliards $ et continue de croître de façon exponentielle. Pour l’année fiscale 2004, les frais d’intérêt ont été de 321 milliards.)

dette..JPG

 Sachant qu'il en est de même en Europe, nonobstant la crise qui a débuté en 2008, on est en droit de s'inquiéter, de réfléchir et se révolter autrement qu'avec de jolies banderolles et en tapant sur casseroles.

 http://www.youtube.com/watch?v=j3S5PGoaOK4&feature=pl...

(1)Taux quantifié par la Banque de France, aujourd'hui 19,15 % pour les prêts courants, donc à la consommation, type crédit dit revolving et un peu moins pour les agios et encore... )

 (2) L'épargne courant comme les Livrets d'Epargne, un dépôt énorme affecté à la construction de logements sociaux ne devrait que prémunir contre l'érosion monétaire et la thésaurisation.

 

10 septembre 2012

DE LA BASTILLE A AULNAY

 crise, révolte, insurrection, paupérissation, pauvreté, politique

LES CITOYENS ET LA CRISE

 Je suis toujours étonné par la capacité des citoyens, ne parlons ici que des Français réputés " chahuteurs", coupeurs de têtes et régicide, d'accepter les situations les plus graves dues à la crise actuelle sans "descendre dans la rue" et renverser les tréteaux.

 Nous constatons certes ici et là des mouvements sporadiques, des grèves spécifiques, des tas de pétitions qui affluent sur les réseaux sociaux, (bien souvent des initiatives personnelles gentillettes, mais vaines). Des mouvements style "Insurgés" en Europe, mais aucune jonction des luttes ou des justes récriminations et doléances. Celles des chômeurs ou futurs, des retraités payés avec des lance-pierres, des employés précaires, les laisser pour compte atteint par une paupérisation grandissante, les sans-logis ou mal logés, bref de notre quart-monde. Pas de mouvement de masse, de grève générale, de Front Populaire ni de Mai 1968 e les syndicats et forces révolutionnaires sont pratiquement absents du débat. Pourtant l'homme est un animal grégaire qui lorsqu'il s'attroupe épouse, par une étrange réaction ce qu'il y a de plus bas ou de plus noble si j'ose dire...Il suffit de voir les participants d'un meeting politique où le brave père de famille se conduit comme les hystériques qui l'entourent. Suffirait-il d'un leader naturel pour ue tout bascule ? Mais nous entrons là dans le domaine de la manipulation de foule une technique bien rodée depuis des lustres

 Si on cherche à savoir pourquoi on s'aperçoit que le piège libéral fonctionne , comment voulez-vous vous insurger si vous êtes justement au coeur du problème. Les chômeurs le resteront, les futurs serrent les fesses pour ne pas le devenir et les salariés redoutent les ponctions sur salaires lors des grèves.

Nos dirigeants sont eux aussi les proies du système ou pire ils en sont les marionnettes. Faire un distinguo entre un Sarkozy et un Hollande tient à faire la différence entre deux idéologies bien proches. Espérons seulement que ce dernier rééquilibre l'effort des Français devant la rigueur qui s'annonce inexorablement

 Quant au premier et ses acolytes qui voudraient bien revenir au pouvoir et qui se battent entre-eux comme des chifonniers pour y accéder, ils peuvent ou veulent constater ceci : "la crise n'existe pas en France car non encore ostentatoire, elle se fit sentir si peu qu'il faut revenir à la politique d'hier." Pourquoi ? Parce que les nantis d'hier et d'avant-hier s'enrichissent toujours, que les bouchons vers la mer ou la montagne existent, que les caddies des grandes surfaces sont toujours remplis et qu'à Noël ils seront bondés de chocolats, de télés 127 cm et d'Ipad 50. Les retraités on s'en fout et les "pauvres" également, déjà bien joli qu'ils bénéficient des "Restos du Coeur".

 L'autre explication de cette acceptation sinon capitulation, se trouve dans l'histoire : toutes les insurrections, réussies ou non, proviennent d'un raz-le-bol de la classe dite moyenne, celle que l'on pressure, étant la plus grande partie de la population (pour l'instant) exemple celle de 1789 ou la petite bourgeoisie a entrainé le populo. Or, cette catégorie ne vas pas tarder à être touchée elle aussi, une partie va glisser vers la classe inférieure, ce qui est inaceptable pour elle et l'on pourrait assister alors à un profond rejet rude et radical. C'est pourquoi on tente de l'amadouer et ce dans tous les pays touchés par la crise. Si Obama est battu, ce sera par la fameuse middle-class, celle qui fait là-bas les présidents.

 D'après l'INSEE le niveau de vie des Français a diminué en 2010 par rapport à 2009, alors que la pauvreté continue de progresser, touchant particulièrement les plus jeunes. Le taux de pauvreté atteint 14,1%, en hausse, 8,6 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté monétaire (964 euros par mois), la moitié vivant avec moins de 781 euros. Et ce taux chez les jeunes progresse de 1,9 point atteignant 19,6%.

 Le niveau de vie médian d'un ménage de France métropolitaine en 2010 est de 1.610 euros par mois. Pratiquement toutes les catégories de la population subissent une baisse de niveau de vie en euros constants (inflation comprise) que dire des pauvres qui sont pour beaucoup nécessiteux, la plupart des indicateurs d'inégalités sont à la hausse sauf les plus riches les moins productifs des Français...

 Et si la révolte partait d'Aulnay, les gars ont l'air remontés....

 LA CRISE

 J'ai eu une conversation avec un jeune prof qui m'a fait la brillante démonstration que ce sont bien les banques, en créant de la monnaie par le biais du crédit qu'il compare à l'usure, d'une manière exponentielle, (1) qui sont responsables de cette crise qui deviendra assez grave pour que l'on envisage le pire. Cette crise qui rappelons-le est issue d'un dysfontionement cyclique inhérent au système capitaliste et qui est une machine qui ne se nourrit que pour s'auto-alimenter, véritable usine à gaz qui ne peut qu'exploser. Sans parler du fameux "Complot", mon jeune prof est partisan de la thèse suivante : tous ces évènements sont nés ou naissent d'une stratégie menée par un groupe plus ou moins structuré qui n'hésitera pas à "fabriquer" encore une fois à un conflit international. Dans la même logique, il a rappelé qu'une crise antérieure a amené au pouvoir Hitler et à l'issue de la seconde guerre mondiale on a constaté la réussite économique des forces de l'Axe.

 Sans aller jusque là il faut s'attendre au pire, celui qui frappe la Grèce et l'Espagne en espérant que le pouvoir en place résiste et encore une fois je l'espère, rééquilibre enfin les efforts à fournir. Sans être tout à fait d'accord avec lui je ne pus taire ce que nos parents disaient : "Une bonne guerre et tout ira mieux".

 (1) L'Enigme de Monsieur Vérité.

 Un VRP arrive dans une ville de Province et se rend dans un hôtel pour louer une chambre. Marché conclu, il verse des arrhes : 50€. Le patron de l'hôtel en profite pour régler une dette auprès de son boulanger. Lequel règle aussi son fournisseur de farine qui règlera le minotier avec le même billet. Le soir même le VRP revient à l'hôtel et en s'excusant de ne pouvoir rester la nuit et demande à l'hôtelier s'il veut bien lui rendre ses arrhes, ce que ce dernier accepte de faire. Tout le monde a réglé sa dette, personne n'est lésé, l'aubergiste et le VRP n'ont rien perdu. Comment expliquer ce phénomène ?

 

06 juillet 2012

RUE89 ET LE CONSPIRATIONNISME PRESUME DE AGORAVOX

 

Dans un article de Rue89 Robin d Angelo de "Streetpress" accuse Agoravox « le premier site de journalisme-citoyen. » de se transformer en nid de conspirationnistes , "une dérive qui s’explique par un manque d’argent", écrit-il. Et trouve de l'embarras chez Joel de Rosnay son cofondateur en lui demandant ce qu'il en pense. (1)

 Pour étayer cette impression il me cite parmi d'autres exemples, ce qui m'oblige un peu à répondre. http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/garaudy-nega...

Citation

 "A la une d’AgoraVox jeudi 21 juin, jour de la Fête de la musique, cette tribune qui prend la défense du négationniste feu Roger Garaudy dans laquelle l’auteur, qui signe sous le pseudo Teddy Bear, qualifie de « tentative » (le mot indéniable a disparu) génocide des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Puis : « On peut comprendre l’attachement que l’on peut accorder à cette sombre période en la sacralisant, quitte à gonfler quelques chiffres, au risque qu’ils soient contestés. »

 Mon papier ne prend nullement la défense de Roger Garaudy, mais pose des questions sur ses affirmations dont certaines reçoivent des réponses imprécises. J'insiste sur le fait que seul les historiens ont pour mission de faire toute la clarté sur les zones d'ombres de cette période.

Ensuite il est question de sémantique.

 Tentative

 Il y a des tentatives qui réussissent et d'autres qui échouent. Pour ma part, autodidacte, la folle volonté hitlérienne était d'éradiquer la race juive d'Europe et des pays conquis, ainsi que d'autres ethnies. Or, fort heureusement, il y a eu des rescapés, des juifs qui sont passés à travers les filets, d'autres, avec courage et astuces et combattus les armes à la main. Le pétainisme par lâcheté a livré sans honte ni vergogne aux Allemands un nombre impressionnant de juifs tandis que d'autres pays ont refusé. Dans ce sens, la tentative d'éradication de la communauté juive a échouée. Par contre aurai-je écris "la tentative de la Shoah", terme spécifique, serait bien plus condamnable.

Ensuite le nombre exact des victimes de cette extermination n'est pas cerné et en afficher le plus grand nombre humain, ce que font tous les opprimés de la terre, ne serait-ce que pour frapper les esprits afin que la bête immonde du racisme ne renaisse.

 De là à voir du négationnisme dans mes propos, même s'ils peuvent paraitre maladroits, c'est oublier que sur les forums, l'inconvénient majeur est que l'on ne peut juger un auteur sur un article sans le connaitre, sans lire ses interventions et s'apercevoir qu'il est tout autre.

(1) « On est typiquement dans la bonne idée de départ qui tourne mal », convient Guy Birenbaum, seize articles sur AgoraVox et animateur du « Journal du Net » sur Europe 1. Il regrette qu’il faille « se fader trois papiers complotistes, un négationniste et des diffamations pour trouver une perle rare ». Ce monsieur n'a certainement pas lu mon post, alors que les négationnistes et révisionnistes les vrais sont partout sur le Web.

 http://www.rue89.com/2012/07/04/agoravox-vie-et...

 

25 juin 2012

DE L'INDIGNATION A LA RESIGNATION.

 

ùineurs..JPG

 "Ceux qui font des révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau."

Saint Just

 En ce qui concerne le monde ouvrier, combien de grèves débouchent sur une satisfaction des revendications, les luttes ouvrières en prenant un exemple.

 CARMAUX

 Grèves des mineurs de 1948 où les forces de l'ordre ont tiré sur autorisation du Conseil des Ministres de tirer.(1) sur les mineurs de charbon en grève faisant plusieurs morts. CRS qui investissent les camps où sont logés les mineurs Nord-Africains travaillant en Lorraine, cassent tout dans les baraquements et conduisent les ouvriers de force à la mine (déjà). Le gouvernement donnera l'ordre d’expulsion des travailleurs immigrés qui manifestaient. Pourtant la détermination des mineurs est telle que le gouvernement doit céder au moins sur un point et les retraites sont augmentées de 25 %.

 Pourquoi ce rappel ? Parce que les mineurs espagnols sont en grève radicale actuellement et que le gouvernement espagnol utilise des méthodes qui n'ont rien à voir avec le maintien de l'ordre, mais ressemble là aussi à de la répression.

LE MOUVEMENT DES MINEURS ESPAGNOLS

Héritiers d'une longue expérience de luttes contre le pouvoir franquiste, les mineurs des Asturies se révoltent contre une décision du gouvernement sur conseil de Bruxelles, de supprimer les aides à la reconversion dans ce secteur condamné. Les grévistes, leurs leaders syndicaux, (les mineurs sont fortement syndiqués), leurs patrons, pour d'autres raisons défendent la continuité des exploitations. Outre les problèmes sociaux qu'engendrera leurs fermetures programmées, ils assurent que l'Espagne et l'Europe elle-même, dépourvues d'autres sources d'énergie – hormis les énergies renouvelables – ne doivent pas renoncer à cette ressource D'ailleurs s'il fallait réhabiliter les mines, les coûts atteindraient des sommets.(El Païs)

 Les mineurs rendent coup pour coup à la répression et des affrontements avec la Guardia Civil ont fait 7 blessés. Dans la mine de Santiago de Aller, trois mineurs se sont enfermés depuis plus de 20 jours. C'est ici la classe ouvrière qui se dresse contre les forces de l'ordre dans une sorte de guérilla urbaine mais qui défile avec une banderole qui ne proclamez pas la révolution qui proclame Estamos Hastas Los Cojones. En français "on en a plein les roubignolles".

 Ce qui est curieux c'est que le mouvement des indignés madrilènes a fait la Une de tous les médias, alors que la quasi-insurrection des mineurs espagnols n’apparaît que très peu, sinon pas du tout. Les lobbyistes sont-ils en action ?

 J'ai toujours été étonné par la capacité des hommes à se résigner devant l'adversité, les cataclysmes certes, mais aussi devant l'oppression, politique ou sociale. Combien de luttes, de guerres, d'insurrections et de révolutions ont échoué et combien ont réussi. Encore un exemple : chair à canon pendant la première guerre 1914, où des hommes qui ne voulaient pas mourir sur ordre de leur chef, ont été fusillés pour avoir protesté.

 Aujourd'hui, partout en Europe (et ailleurs, les étudiants québécois entre-autres, mais la liste est trop longue) en proie à une crise à la fois financière, économique et sociale, les colères grondent. En Grèce, en Espagne donc, jusqu'en France où une partie de la population se paupérise rapidement, où le chômage augmente, où les Français les plus démunis arbitrent entre les frais incompressibles et les coûts des soins médicaux notamment dans les classes défavorisées, y compris des retraités. Et où les "Restos du Cœur" ne pourront plus faire face à la demande. Et pourtant, toutes ces exaspérations ne se fédèrent pas, aucun élan vers un mouvement radical.

 Il nous reste à en chercher les raisons, peut-être l'inexistence d'une organisation politique trans-européenne structurée (un retour de l'anarcho-syndicalisme) qui seule pourrait faire face au pouvoir tout puissant de la finance. A moins qu'il ne soit trop tard et que le capitalisme ayant définitivement gagné la guerre, les perdants que nous sommes et surtout nos enfants, devront payer le trophée du vainqueur. Faut-il que le pouvoir échappe à la démocratie pour en arriver à baisser les bras et les yeux devant lui.

 C'est pourquoi toutes les politiques menées par les gouvernements en Europe pour ne parler que d'elle, sociaux-démocrates qui veulent équilibrer la distribution des richesses et des efforts ne reçoivent guère d'enthousiasme de la part de leurs concitoyens y compris chez leurs électeurs et où en enregistre des taux d'abstention record.

 La question est ouverte

 (1) Anecdote : le message de John Lewis, dirigeant des mineurs américains, à Léon Blum, qui s'étonnait de la solidarité des ouvriers américains :« Vous devriez mettre de la nourriture dans les estomacs rétrécis des mineurs français, plutôt que de tirer des balles américaines dans leurs corps mal nourris ! En payant des salaires aux mineurs français de 30 ou 40 dollars par mois, on commet un déni de justice ! »Source J.Y Camus. Charlie Hebdo.